Bienvenue sur le site présentant l'histoire de la Turbie.

Ce site, présenté par un citoyen passionné par son village  a pour but de vous faire découvrir la richesse de son histoire et de son patrimoine, la beauté de son site et de son terroir, et la qualité de vie issue de ses traditions inscrites dans l'histoire locale.

Du mont Bataille au plateau de la Tête de Chien, dans la perspective du mont Agel, superbe et dominateur,  tout le territoire de La Turbie, surplombant la principauté de Monaco, se présente aux visiteurs tel un merveilleux balcon suspendu au-dessus de la principauté de Monaco et la vaste étendue marine

N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques et suggestions en utilisant notre formulaire de contact.

Alors comme on le dit en turbiasque, "Buona visita !"

L'érection du Trophée d'Auguste à l'Alpe Summa, frontière reconnue entre l'Italie et la Gaule, n'est certainement pas fortuite et de nombreux auteurs antiques ont évoqué ces lieux, tels :

- Virgile qui dans son poème l'Enéide, préfigurant la lutte qui opposait César à Pompée, écrit :
"Le beau-père descendant du rempart des Alpes et de la forteresse de Monaco, le gendre appuyé sur l'Orient qu'il lui oppose. "

-Slrabon (58av.J.C.,25ap.J.C.) ; "En outre Monaco est un port, une position, un lieu de mouillage pour des navires ni gros ni trop nombreux. Avec un temple ou surnom d'Hercule Monoïkos" car celui-ci est seul à occuper les lieux.

- Lucain (39 op. J.C., 69 np. J.C.) dans La Pharsale :
"Au pied de ce lieu où un port consacré du nom d'Hercule domine la mer d'un rocher profond. ..et le préserve par le mouillage sûr de Monaco. "

- Ammien Marcelin (330,440) qui, plus tard, dira sur ces lieux :
"Hercule s'arrêta et consacra comme un monument à sa mémoire la montagne et le port de Monaco..."

Ainsi les réminiscences constantes à Hercule et le souvenir de César et de son passage, en 49 av. J.C., juste avant son embarquement pour aller livrer la bataille de Pharsole, restent attachés à ces lieux.

Par exemple et curieusement dans le manuscrit Lanciarez - (vers 1756) -(Archives du Palais de Monaco, cote MS/103) on relève : "L'origine de Monaco devant donc débuter depuis Hercule et celle de La Turbie à partir de César, c'est-à-dire comme nous l'avons noté pour commencer, il s'ensuit qu'entre la fondation de Monaco et celle de La Jurbie, se trouve l'intervalle de temps de seize siècles et demi environ. "